Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L. Sasurai
L. Sasurai
The Handsome Founder - Dokukage - Héritier de l'Ermite


Messages : 243
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 24

Dossier ninja
Niveau: 11
Renommée: Mondiale
Renommée effective ?: Oui


Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] Vide
MessageSujet: Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant]   Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] EmptySam 28 Juil - 23:20
Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] Footer10

Et sous la maudite lueur d’une lune parjure, le voyage reprend…

Magnificence avilissante, je sens ma passion s’envoler, laissant place à la haine, salvatrice déraison, Puissante, Sainte malédiction, et mère de tous les hères. Si je m’en vais la rejoindre, ne cherchez pas à m’en reprendre : c’est la voie qui est la mienne, j’y suis destiné. Serviteur de la démence, immonde créature vivant parmi les ombres, dans l’exécrable existence d’opprobre et de supplications s’ouvrant à moi. Miséreux parmi les miséreux, bohème parmi les bohèmes, la souffrance me gagne un peu plus chaque jour, jusqu’à m’enlever la saveur de chaque instant passé en tout ce à quoi j’aspire ou désir. Je ne désir d’ailleurs plus rien, que m’égarer une fois de plus, que m’envoler encore, jusqu’à être enseveli par le poids de cette turpide existence. Innommable débauche que représente ma vie, ignominieuse déraison qui me gagne, je sombre, je le sens, je ne le sais que trop bien. Océan dantesque et ténébreux, aube nébuleuse, incessantes imprécations, cette fois-ci, la folie m’a repris sous son aile, et brillant d’une lueur malsaine, j’avance de nouveau sous la voile cupide et cabalistique de l’auguste démence que j’ai apprivoisé. Croyant l’avoir oublié, c’est en ce jour où la pluie bat sur mon cœur qu’elle me revient, encore plus puissante, encore plus avare, encore plus sombre. Et je m’y consacre, j’y crois, j’en fais le serment. Le péché m’est familier, et avoir la foi en cette ivresse est un sacrilège. Ma dépravation n’a désormais plus aucune limite.

Ami de l’ombre et du pêché, de la disgrâce et du glas, je suis un être de démence. Ami de l’égarement, de la rage et de la sainte lueur d’un sombre voyage, je ne suis qu’un bohème, fou, perdu, relique dénaturée, oubliée, que le temps a effacé. De ma mémoire, il ne reste que quelques fragments que j’ai semés aux quatre coins du monde. Alors, le voyage m’offre la chance de la recouvrer, en offrant mon âme à la sublime meurtrière, folie et maîtresse de ma vie.

Et pour la énième fois, mon égarement m'avait conduit à Fumei No Kuni, pays dévasté par le châtiment divin, fruit de la colère du Rikudou, prélude d'une apocalypse annoncée depuis un âge. Je me sentais partir, sombrer, et ma descente aux enfers ne faisait que commencer, ou plutôt recommencer: dans ce pays se trouvaient mes racines, mais aussi mes plus lourds souvenirs, ce fardeau que j'avais abandonné ici et que j'étais venu cherché, en toute inconscience, en toute démence. Je comprenais pourquoi j'étais arrivé si loin, dans des contrées aujourd'hui désolées: pour y trouver une lueur d'espoir, un fragment de mémoire. Dans les plus hauts sommets de ce territoire millénaire, il ne restait aucune trace de ce qui fut accomplis... mais on en gardait la mémoire.

Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] Footer11
Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] Header10

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kinai Kaiga
Kinai Kaiga
Élu de Tami - Chef du clan Kaiga


Messages : 27
Date d'inscription : 18/07/2012
Age : 25
Localisation : Tami.

Dossier ninja
Niveau: 9
Renommée: Continentale
Renommée effective ?: Oui


Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] Vide
MessageSujet: Re: Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant]   Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] EmptyLun 30 Juil - 19:00
Il n'y avait rien de plus beau sur Terre, que de contempler la beauté de la couleur qu'arborait la calotte glaciaire sous l'éclat transperçant des lumières produites par l'Astre d'Argent. L'aigue-marine semblait scintiller au loin, tel une clarté bénie dans l'obscurité. Chaque caresse du vent, en parfaite symbiose avec le froid ambiant, donnait comme l'impression d'une bise mortelle, à la fois vivifiante et paradoxalement mortuaire. Non loin de la banquise maudite, de petits bruits de pas se firent entendre. Quelques crépitements, qui sans s'en rendre compte, venaient de perturber l'harmonie surnaturelle de ce paysage enneigé accompagnée au souffle du blizzard. Surplombant un océan gelé, une petite touffe blanche fit son apparition, se dissimulant parmi les flocons immaculés. Ses cheveux virevoltaient, ainsi que son haori de même teintes que sa matière capilaire. Ce dernier avait l'apparence d'un petit ourson blanc au final et de loin surtout. Tandis que le cataclysme s'abattait une nouvelle fois sur le Pôle, une voix douce et aimante s'éleva de derrière l'individu précédemment décrit.

« Kinai, ne t'éloigne pas. Je suis plus loin avec l'Oncle Sanji, j'ai à parler avec lui. Reviens vite, je dois m'entretenir avec toi. » Lança cette dernière, tout en glissant une main dans ses propres cheveux ébène.
« Bien, Mère. » Répondit ledit Kinai.

Se retrouvant seul face à ses pensées, le jeune homme qui n'était alors qu'âgé de dix-huit ans, entreprit de se dégourdir les jambes, arpentant les diverses allées glacées que pouvait offrir cet espace encore inconnu. Pourquoi l'avait-on amené ici ? Fumei était si loin de Tami, qu'un voyage comme celui-ci signifiait alors une introspection qui allait lui prendre des années. La neige, la glace, le blizzard, la mort, n'étaient pas des indices anodins. Le blandin lança un regard en biais en direction de sa famille, et distingua alors que sa mère semblait particulièrement prise d'émoi. Cette banquise ne lui rappelait absolument rien, et pourtant... Ce cadre blanc le renvoyait souvent à ses rêveries. Le jeune Kaiga creusait en cet instant les tréfonds de son esprit, pour ne ressortir qu'une image omniprésente lorsque Morphée venait le capturer dans ses bras ornés d'étoiles : un ours. L'opalin fronça promptement les sourcils, s'amusant à toucher la neige présente au sol du bout de ses doigts, il remarqua que ce simple contact le fit frissonner comme ci sa vie semblait être entremêlée à cet élément qu'il n'aprcevait que très rarement chez lui, à Tami. Kinai continua d'errer parmi cette immensité blanchâtre, en oubliant totalement les conseils de sa génitrice, il arriva rapidement à la perdre de vue, mais quelque chose l'inquiéta fortement. Le danger était une source de plaisir absolu et celui-ci le savait parfaitement, c'est ainsi qu'il poursuivit sa quête dans cette ultime interrogation : "Que viens-je faire ici ?"

Sa petite échappée ne l'avait amené, finalement, qu'à mirer ce blanc éternel et tellement pur. L'adolescent pris d'une violente déception entreprit de faire volte-face pour rejoindre ses aînés, avec la ferme attention de les questionner au sujet de cet étrange périple. Déambulant sous le froissement incessants du sol enneigé au contact de ses bottes faites de fourrures, le garçonnet repartit à son point de départ, lorsqu'il s'arrêta brusquement. Ses pupilles se dilatèrent dangereusement et pour cause, Kinai n'était pas seul. Son visage fixa les quatre points cardinaux, mais une présence lui fit étrangement peur. Il ne s'agissait en aucun cas de sa tendre mère, ni de son oncle Sanji. Complètement soumis au désarroi, le Shinobi se figea tel un stalactite, tandis que son sang ne fit qu'un tour dans ses veines. Fumei n'allait pas le laisser repartir indemne, psychologiquement ou physiquement, le blandinet ne serait plus jamais le même.


Dernière édition par Kinai Kaiga le Ven 10 Aoû - 11:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L. Sasurai
L. Sasurai
The Handsome Founder - Dokukage - Héritier de l'Ermite


Messages : 243
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 24

Dossier ninja
Niveau: 11
Renommée: Mondiale
Renommée effective ?: Oui


Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] Vide
MessageSujet: Re: Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant]   Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] EmptyVen 3 Aoû - 18:21
Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] Footer10

Et sous le voile triomphant de ma sainte ivresse, le voyage continue...

Hiératique démence, vénérable égarement, saint calice... guidez-moi dans ma quête, jusqu'à forcer ensemble les portes de la sagesse. Je vous appartiens, je vous appartiens à jamais. Car j'ai vu partir tout ce à quoi je croyais, car la vie n'est qu'une longue perte de tout ce que l'on aime, je renie mon passé de débauche et de dépravation pour mieux recommencer. Je n'existais plus qu'aux yeux d'une morte, j'étais l'ombre de temps, le reflet de la solitude, le réceptacle de la démence. Condamné à observer les miens mourir, à errer éternellement, à perdre tout honneur et toute sagesse, à n'exister que par la puissante folie...

A la lueur de l'univers, ma vie s'illumina
A la lueur de la lune
A qui l'amour à donné son éclat
Alors le bonheur naquit, ardent, dans un océan de passion
Et le déséquilibre du temps l'emporta
Et la lumière s'assombrit
Et l'étincelante ardeur s'éteint
Réminiscence obscure d'une vie lointaine
Retrouvailles impossibles, absence meurtrière
Rien n'inhiba les ténèbres dans leur ascension
De mon esprit désormais apathique


J'appelais une ombre, j'appelais les ténèbres: "Venez... Venez je vous en prie. Prenez-moi, une nouvelle fois. Faites de mon corps l'abri du diable. faites-moi pantin, faites-vous meurtrière" Et je hurlais, je déchirais le silence d'une nuit instable, fragile. Nul n'entendit pas complainte. Nul ne put contempler cette ignominie. Ma débauche leur était inconnu, mon nom tombé dans l'oublie, ma déraison de même. peut-être étais-je en plein songe, peu-être mes cauchemars allaient-ils me mener dans les mêmes dédales, dans les mêmes profondeurs abjectes que celles qui chaque jour m'emportaient en me conduisaient à l'égarement de l'esprit le plus instable et le plus infâme qui soit. Je vivais dans l'opprobre et dans l'émoi. je n'aspirais qu'à l'exécration, la démence et la recherche des inintelligibles qui régissaient ce monde absurde. Ce monde d'errance. Errance absurde et pourtant vitale. Lente cacophonie, immonde disharmonie, doux supplice. je demandais qu'on m'achève. Que la Faucheuse me prenne. Que cesse l'agonie. Personne n'écouta ma prière, n'entendit ma complainte. Je les maudissais,et le temps se figea. Mes hurlements déchirèrent l'équilibre de ma conscience, l'équilibre des choses. L'équilibre des enfers dans lesquels je me trouvait. La litanie de ma vie se brisa.

Détestable assuétude, désirable débauche, je ne vivais que de cette flamme, intense et purificatrice qui sommeillait en moi: celle de la passion de l'instabilité, celle de l'amour du voyage, source de souffrance mais pourtant d'existence. Moi, vassal de Satan et ennemi de l'homme, que j'avais pourtant tant servis. Moi, qui avait fait couler le sang à maintes reprises pour satisfaire un père à qui j'ai tout donné. Moi, bohème banni, vagabond oublié, exilé et sacrifié, je ne vivais que pour le monde, nourrissant une aversion abyssale envers ceux qui jamais ne m'avaient acceptés. Fallait-il être un héros pour siéger parmi les sages ? fallait-il être un soldat pour conserver son honneur, fallait-il se soumettre pour avoir une fierté ?

Ceci est mon voyage. Mon voyage au sein de ténèbres et de folies occultées. Je n'étais plus que l'ombre d'un poète exécuté, flânant en enfer comme un couple dans un parc, dont seul le reflet pouvait révéler la nature.

Je voyageais les yeux fermés, fixés sur mon passé, enterré par le poids du crime et de l'exil, provoqué par l'homme dont l'ouverture d'esprit se limitait aux frontières de son pays. Je n'étais pas le seul voyageur en ces contrées sinistrées. Moi qui pouvais voir le chakra, avait parfaitement repéré celui d'un shinobi au loin. Peu de personnes pouvaient s'aventurer en ces terres sans y rester. Fumei No Kuni était un véritable tombeau, et je pouvais me vanter d'être l'un des seuls à y voyager, certes en toute inconscience, mais sans risquer ma vie. Il était figé, comme gelé. vivant, peut-être pétrifié par le froid et la peur d'une présence inconnue. Plus je m'en approchais, plus je pouvais le distinguer: une silhouette se profilait, des cheveux blancs, un visage pur, jeune et beau. Je ne percevais nulle hostilités en son cœur, mais la peur pouvait nous faire agir de manière démesurée.

"Est-ce par pur égarement que tu t'es retrouvé ici, ou alors voyages-tu en ces terres hostiles pour d'autres raisons... ? Ce genre de contrées est réputé pour être synonyme de mort et de tombeau."

Ma curiosité l'avait emportée, car parmi tous les voyages que j'avais effectué en ces lieux, jamais je n'avais rencontré quelqu'un qui n'était pas mort, de ma main ou par le froid. mais je ne lui voulais aucun mal, car je ne pouvais percevoir aucune mauvaises intentions en son cœur. Il semblait pur, il semblait être dans un lieu qu'il avait apprivoisé.


Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] Footer11
Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] Header10


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kinai Kaiga
Kinai Kaiga
Élu de Tami - Chef du clan Kaiga


Messages : 27
Date d'inscription : 18/07/2012
Age : 25
Localisation : Tami.

Dossier ninja
Niveau: 9
Renommée: Continentale
Renommée effective ?: Oui


Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] Vide
MessageSujet: Re: Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant]   Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] EmptyLun 6 Aoû - 20:35



Le blizzard de Fumei no Kuni se faisait de plus en plus meurtrier, tandis que Kinai se retrouvait sérieusement dans une mauvaise posture. Ses iris sarcelles cherchèrent en vain une trace d'âme qui vive, sa mère, son oncle, ou même un quelconque animal. L'adolescent croisa alors les bras, avant de nouer ses mains entre elles pour tenter de se réchauffer. L'opalin mordit furieusement sa lèvre inférieure, tant la situation devenait compliquée et dangereuse, mais surtout car une présence aucunement familière semblait l'encercler. La peur le paralysa à tel point, que ce dernier chercha un moyen de ne pas céder à la panique. Son esprit encore pur et innocent ne cessait de retourner les secrètements les plus enfouis de Kinai dans tous les sens, comme ci au final, sa boîte crânienne n'était résolue qu'à être un simple atome perdu dans ce vaste univers, paradoxalement sans étoile. Non, aucun corps céleste ne lévitait en orbite dans le firmament de son existence, simplement de la neige, et encore plus de flocons chaque minutes s'écoulant alors sur la banquise mortuaire du grand Nord.

Cette présence l'intriguait au plus haut point, mais dans son incapacité à se déplacer, le jeune Kaiga resta planté tel un bloc de glace en attendant vivement que cette menace soit écartée. Le Shinobi tenta désespéremment de faire volte-face pour tenter de balayer le secteur "maudit" du regard, mais rien ne pouvait le destituer de son emprise glaciale. Avec quelques difficultés en raison de la bise gelée qui rasait la surface de la calote glaciaire, comme pour penser à autre chose, le blandinet s'adonna à une petite comptine histoire de briser la glace.


« Qui.. Êtes-vous... Dit le fier Seigneur... Pour que je doive m'incliner si bas... ? Un autre chat, d'une autre fourure... Et voilà ma vérité vraie... Fourré d'or ou fourré de rouge... Un lion Messire a toujours des griffes... Et les miennes sont aussi longues et acérées.... Qu'acérées et aussi longues que les vôtres... » Articula le blandinet, tout en réprimant un éternuement fort tonitruant. Le souffle coupé par le froid, ce dernier poursuivit sa douce mélopée, quelque peu chuchotée. « Ainsi parla... Parla ainsi.. Le Seigneur de Castamere... Mais les pluies pleurent en sa tannière.. Et plus personne ne l'entend... Oui les pluies, pleurent en sa tannière... Et nulle âme ne l'entend plus... »

Le ciel s'assombrit étrangement, alors qu'il acheva cette ultime prière, comme ci personne n'allait l'entendre ni l'aider. Les tréfonds de ce territoire isolé de tout semblait le dissoudre. Ses doigts commencèrent à sérieusement geler, tandis que son pâle visage subissait maintes et maintes répliques, à l'image de coup de sabre. Il en était sûr, ce supplice allait bientôt s'achever, et comme tous ses ancêtres avant lui, Kinai rejoindrait les blancs rivages immaculés de l'Eden. Peut-être n'avait-il eu que dix-huit ans pour faire ses preuves, mais la Providence elle, accordait son salut à tous les êtres vivants. Providence dites-vous ? Mal gré l'hostilité évidente de la banquise Nordique, une voix perça à travers les masses d'air neigeuses. Venait-elle de s'adresser à lui ? Visiblement, Kinai n'allait pas ignorer cette approche. Le chakra et la prestance vraiment destabilisante de son interlocuteur, encore inconnu, venait de lui faire perdre tous ses moyens. Mal gré tout, son air effrayé se dissipa lentement, pour l'émanciper et le laisser à nouveau libre de ses mouvements. Non loin de lui, une silhouette plutôt imposante se dressa devant lui. En bon Kaiga qu'il était, le blandin s'inclina très respectueusement devant cet homme, qui comme lui, avait su braver et dompter la glace du Pôle. D'une voix chevrotante, il lui répondit, son stress ayant disparu.

« A vrai dire... Je ne sais pas moi-même. » Lança-t-il, en essuyant promptement son visage d'un revers de manche, fourrée d'une épaisse couche de poils d'ours.
« Ma Mère m'a simplement emmené ici pour me faire découvrir un autre côté de ma vie. Je ne sais pas où elle a voulu en venir en voyant jusqu'ici, mais... Tout au fond de moi... Je sens que Fumei ne m'est pas étranger. »

Montrant patte blanche, Kinai s'approcha très lentement de l'individu qui venait de l'apostropher. Lui non plus ne semblait pas hostile, et ce détail semblait l'arranger. Sa carrure était celle d'un grand ninja, et donc, d'un héro potentiel. L'ourson prit simplement la peine de lever les mains pour les passer dans sa chevelure immaculée, avant de soupirer de soulagement.

« Votre chakra est vraiment impressionnant. J'ai bien cru qu'un grizzli allait me tomber dessus... Hm.. Et vous, que faites-vous ici ? »

Le jeune homme se recula rapidement, en espérant ne pas avoir froissé son semblable avec ses questions. Avoir trouvé une trace de civilisation, finalement, venait de ravir le futu Chef de Clan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L. Sasurai
L. Sasurai
The Handsome Founder - Dokukage - Héritier de l'Ermite


Messages : 243
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 24

Dossier ninja
Niveau: 11
Renommée: Mondiale
Renommée effective ?: Oui


Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] Vide
MessageSujet: Re: Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant]   Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] EmptyJeu 9 Aoû - 22:51





Skyrim Theme by Jeremy Soule on Grooveshark



Voyage, mène moi aux portes de la puissance, et, accompagné de ma somptueuse déraison, je les forcerai... Pour vaincre.

Tourments ... Furie... Folie ! Tout était sombre. je me noyais, dans un océan dantesque, ténébreux, sans issu sans fond, dans les tréfonds d'un esprit instable dans les méandres de mon désespoir le plus hystérique. Abîmes profondes et mystérieuses, angoissantes et étouffantes, ma gorge se noua. Tout ne sembla être que cauchemar, tout ne sembla être que songe. Des cris déchirèrent soudain le silence inquiétant qui s'était installé, dans une mer sépulcrale et horrifique. Pourtant, ils étaient à peine audibles: on aurait dit qu'ils venaient des profondeurs les plus enfouies et les plus lointaines, mais aussi les plus obscures. Cette chaleur froide, ces brasiers effroyables, ces cris déchirants un silence inquiétant... Géhenne infernale, laissant échapper le rire méphistophélique du maître des lieux... Des images vinrent troubler la noirceur et l'ombre des lieux. Des images percutantes et paralysantes. Des images de mort. Des images de défaite. Des images du passé. Disharmonie, désordre, rires sataniques, vision trouble, je me sentais... Sombrer, entièrement et totalement dans la folie, me jeter à corps perdu dans ses bras brillant d'une noirceur malsaine. Et ce cauchemar éveillé me brutalisa. Ses sombres voix, dans la plus extrême des cacophonies, me brutalisèrent, et de leur haine voulurent me nourrir. Je tentai de la refuser, mais en vain. Et c'est cette haine qui me berça durant des heures, durant mes pleurs, et qui dans la plus grande malveillance m'offrit à la folie et me mis au service de ses macabres desseins.

Laissez mon âme s'envoler, loin des misères de la terre... Laissez mon amour se mêler, à la lumière de l'univers, à la lumière de l'univers...

Je ne savais pas s'il s'agissait de véritables paroles, mais celles-ci se mirent à résonner, tel un écho sans fin, traversant les âges et les tempêtes, mais pourtant muet, inaudible.

Cette aversion ne représente qu'une étape de la vie d'un homme: elle est juste la transition entre une existence saine et sage, et l'épilogue dans la débauche et la perversion la plus intense et la plus forte. Il s'agit là de l'abomination humaine la plus magnifiquement détestable: lorsque l'individu devient tout ce qu'il a toujours abhorré. Lorsqu'il maudit tout ce qu'il eut trouvé beau et lorsqu'il chéri tout ce qu'il eut toujours exécré.

Je suis tombé à genoux: et alors, tout ne sembla plus qu'ombre et désespoir, désolation, deuil et folie. L'impureté de l'homme, n'était rien à coté du pithiatisme qui m'habitait. Véritable rage dévastatrice, frénésie, furie, hystérie. Mon rire s'éleva, et mon âme se consuma. Les yeux brillant d'une lueur malsaine, j'avançais dans un voile de ténèbres, le cœur emplit d'animosité. Je n'était plus que l'ombre d'un poète exécuté, flânant en enfer comme un couple dans un parc, dont seul le reflet pouvait révéler la nature.

Rouvrant brutalement les yeux, je savais que mon instabilité avait failli une fois de plus m'emporter dans l'excès, dans la colère et dans la rage. Cependant, bien que je sois totalement égaré psychologiquement parlant, il restait cette part de sagesse dans mes propos, et cette sérénité dans ma voix. Je n'étais pas réellement fou, j'étais juste un marginal, rejeté toute sa vie, et qui avait fini par constater que seul le rôle de héros pouvait permettre de se faire accepter: lorsque l'on devient une légende, alors la différence laisse place à l'admiration. Mais lorsque l'on n'est un vagabond, cette différence est refusée, et l'exil est constant, fréquent, permanent. C'est l'homme qui m'avait conduit à l'égarement et au dégoût. Aujourd'hui, je me battais pour sauver la poignée d'être humain que j'estimais encore assez sage pour vivre. Cependant, ce que mon maître m'avait appris, c'est que je n'étais pas en mesure de juger qui méritais ou non la vie ou la mort. j'étais juste en mesure d'apprendre, et de donner, ou reprendre la vie, là était la grande différence. Si j'étais fou, c'est parce l'être humain m'avait fait dément: lorsqu'un homme atteint un degré d'intelligence suffisamment élevé pour voir le monde et les choses autrement, il devient fou aux yeux d'autrui, dans l'incompréhension de l'esprit d'un homme alors dément.

"Tu es donc partie à la recherche de tes origines... Et j'en ai fais de même. Je sais que Fumei était ma patrie, et que je m'en suis enfuie lorsqu'une guerre civile y a fait rage. Mais aujourd'hui, vois-tu, alors que je suis un être totalement apatride et sans attaches, je remarque que j'ai grand besoin de retrouver une trace d'une existence antérieure, ou une simple sensation de déjà vu. Dis-moi, connais-tu l'histoire de ce pays ?" dis-je, sans répondre à sa remarque concernant mon chakra.









Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kinai Kaiga
Kinai Kaiga
Élu de Tami - Chef du clan Kaiga


Messages : 27
Date d'inscription : 18/07/2012
Age : 25
Localisation : Tami.

Dossier ninja
Niveau: 9
Renommée: Continentale
Renommée effective ?: Oui


Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] Vide
MessageSujet: Re: Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant]   Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] EmptyVen 10 Aoû - 21:37
Final Targaryen's Fire & Blood theme.

Game Of Thrones


L'atmosphère se tendait légèrement, car Kinai venait d'offusquer son interlocuteur avec sa question déplacée, traduit par un silence en guise de réponse. Le blandin pencha légèrement en avant, glissant une main sur visage presque frigorifié avant de renchérir, et de répondre à sa question. A vrai dire, il n'avait aucune idée de ce qu'était cet endroit. Fumei no Kuni, c'est ainsi que l'on lui avait expliqué les choses. Cette banquise avait été marqué par la venue et l'explosion d'un Bijuu. Cependant, peut fiable sur les informations qu'il semblait avoir conservé en mémoire, Kinai se contenta simplement de pousser un léger soupir.

« Je ne sais rien à propos d'ici, simplement que je suis né sur ces contrées hostiles. Je ne sais pas qui je suis, et les membres de ma famille passe son temps à me comparer à un certain "Fang", et je vous avouerais que je suis légèrement... Dérouté... » Lança-t-il, réitérant son soupire mêlé à de l'incompréhension et une certaine tristesse.

Ses iris sarcelles se perdirent dans l'immensité glaciale de Fumei, tandis que son esprit vagabondait en quête de réponses. Sa mère s'entretenait avec son oncle, sûrement pour choisir une option et ainsi dévoiler au futur Chef qu'elle était sa vie antérieure. Kinai se concentra une nouvelle fois sur son interlocuteur, lui qui semblait aussi torturé et perdu. Peut-être ne souffrait-il pas comme lui souffrait, mais cette douleur universelle ne laissait personne de marbre. Le Shinobi détaillait son égal du regard, constatant son regard franchement particulier. Dojutsu ? Sûrement. Il n'empêche que de tels yeux n'étaient pas courant. Le blizzard paradoxalement ardent du Nord vint fouetter une nouvelle fois le visage des deux ninjas, mais Kinai en prit plus cher, ce dernier n'étant pas de ce milieu ci. L'adolescent ne se sentait pas dans son état normal. Quelque chose ne le rassurait pas par rapport à cet endroit. Son interlocuteur semblait être beaucoup plus renseigné que lui sur l'histoire de ce territoire encore inconnu du monde Shinobi. Peut-être allait-il lui apporter des connaissances, en plus des révélations futures de sa tendre génitrice ? Cet homme là, il n'allait probablement pas le revoir dans l'avenir, ou du moins, pas maintenant. Pourquoi ne pas saisir cette occasion et lui parler de ses craintes et de ses inquiétudes liées au Nord ? L'opalin lissa soigneusement les manches de son haori, tout en se resserrant dans son épais duvet de fourrure blanche.

« Quelque chose me dit, que vous en savez des choses. Mère est sensée me faire des révélations importantes. Mais je crois que la pire des souffrances.. Hm... » Kinai avala difficilement sa salive, tout en prenant sur lui pour articuler quelques mots et ainsi finir sa phrase. « C'est de ne pas savoir qui ont est au final, et pourquoi on existe. Je me sens totalement trahi par ma propre famille... Je n'ai pas de père, et je n'ai pas eu une enfance comme les autres Shinobi que je croise à Tami. Je n'ai pas l'habitude de me confier, ni de parler, mais tant que nous sommes à Fumei, je crois bien que ce secret sera bien gardé. »

En attendant une réponse de cet être intriguant, la calotte glaciaire et les vents du Nord, venaient de promettre au jeune Kaiga, que ses confidences allaient rester secrètes et inviolables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L. Sasurai
L. Sasurai
The Handsome Founder - Dokukage - Héritier de l'Ermite


Messages : 243
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 24

Dossier ninja
Niveau: 11
Renommée: Mondiale
Renommée effective ?: Oui


Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] Vide
MessageSujet: Re: Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant]   Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] EmptySam 11 Aoû - 15:20





Skyrim Theme by Jeremy Soule on Grooveshark



A la recherche de mes origines, je n'ai trouvé que désolation et désespoir en ces terres millénaires.

Un autre individu à la quête de vérité. Un autre individu recherchant toutes traces d'une existence antérieure, peut-être vague mais fiable, afin de savoir d'où il venait. L'histoire de ces terres était longue, extrêmement longue, et conservé dans cette antique glace, symbole du châtiment, de la naissance de l'apocalypse et du déchirement d'un équilibre menacé et désormais éteint. Synonyme de chaos, de colère et de mort, ces banquises ne représentaient pour moi que le fruit de la puissance perdue du Rikudou-Sennin. Sur ce territoire, en cette nation, je ne ressentais ni bien-être ni pureté, je ne percevais que la rage, le désespoir et la misère dans laquelle le monde avait plongé il y avait des décennies de cela.

Mon égarement mental s'était quelque peu dissipé, je pouvais désormais tenir un discours humain, prononcer de sages paroles et avoir une discussion sereine, avant que ma déraison ne l'emporte. Je devais me forcer à parler comme quelqu'un de "normal" l'aurait fait, m'éloigner des énigmes et ne pas mettre en avant ma vision du monde totalement décalée, loin de toute rationalité, proche de toute hystérie, et qui, au yeux des hommes, était considéré comme pure folie.

"Si l'on en croit la légende, et ceux qui l'ont propagé, ce lieu était autrefois une terre de paix où vivaient en parfaite harmonie les hommes et les créatures antiques désormais décimées. Ce lieu était animé de la plus grande sérénité, il était le symbole même d'une symbiose parfaite entre l'être humain et la nature qui l'entourait. Mais dans son développement, et dans l'ascension des hommes au pouvoir, différents partis se formèrent, et une guerre civile eut lieu. Je ne peut te dire avec certitude ce qu'il s'est passé, car je n'ai jamais assisté à cette guerre, mais il s'agissait d'un conflit d'intérêt, pour la richesse et l'influence. L'élévation du pays, la soif de puissance des dirigeants, l'envie toujours plus grande de domination sur les nations voisines... Tout ceci n'était pas en accord avec les règles qui régissaient autrefois ce pays et garantissaient un équilibre certain. C'est d'ailleurs dans ce pays, que serait né le pouvoir, désormais perdu et maudit, de l'utilisation de la force naturelle pour le combat. On raconte que l'un des trois héritiers du Rikudou-Sennin aurait dompté ce pouvoir et donc, en parfaite cohésion avec la nature, en serait devenu le dernier maître. Plus tard, alors que la guerre civile était peut-être encore au cœur du pays, le châtiment du Rikudou-Sennin s'abattit sur le Yuukan, et la population de Fumei No Kuni connut une ère glaciaire éternelle. Cependant, avant la glace, il y eut les flammes et les séisme. La déchirure du temps provoqué par les explosions des démons à queues a provoqué, en plus d'un cataclysme, le retour à l'ancienne ère naturelle. C'est à peu prêt tout ce qu'il y a à savoir..." dis-je sur un ton serein, tout en fixant le jeune homme à la chevelure blanche.

Marquant une courte pose, je ne montrais aucun signe de faiblesse face au froid et au gèle qui recouvrais la zone. J'étais habitué au voyage et aux températures extrêmes, ainsi qu'aux catastrophes naturelles en tout genre. Je ne tremblais ni ne me protégeait les yeux face aux flocons immaculés qui tombaient d'un ciel pourtant maudit, obscur et nébuleux.

"Peut-être ta famille ne te cache-t-elle rien d'autre que ce que tu dois découvrir par toi-même. Peut-être veut-elle te protéger de certains secrets que tu ne pourrait comprendre qu'en allant chercher toi-même des réponses. C'est à toi de découvrir tes origines, et ce par tous les moyens..." continuais-je, tout en essayant d'attraper avec ma main, quelques flocons venus des cieux.












_________________
Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] 1345200522-rinnegan
Signa by Kinai Kaiga

Vi Veri Veniversum Vivus Vici.
Par le pouvoir de la vérité, j’ai de mon vivant, conquis l’univers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kinai Kaiga
Kinai Kaiga
Élu de Tami - Chef du clan Kaiga


Messages : 27
Date d'inscription : 18/07/2012
Age : 25
Localisation : Tami.

Dossier ninja
Niveau: 9
Renommée: Continentale
Renommée effective ?: Oui


Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] Vide
MessageSujet: Re: Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant]   Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] EmptySam 11 Aoû - 17:41
In Noctem

Harry Potter

Un voile sombre fut déposé sur toute l'existence entière du jeune Kinai, tandis que certaines réponses qu'il attendait avec hâte, s'éclairèrent enfin, sans pour autant laisser briller un Soleil digne d'une belle journée d'été dans son esprit. Certaines paroles, certains mots prononcés durant les courtes années que le blandin venait d'achever, lui étaient restés en tête, comme un miroir se brisant au contact fracassant du sol, marbré et destructeur. Ses sensations le quittèrent peu à peu, en raison du froid omniprésent, mais les dires de son mystérieux héros ne le laissèrent pas indifférent, car il se devait de l'écouteur. Ses connaissances sur Fumei n'étaient pas aussi complètes qu'il le pensait, et pour cause, qui aurait pu penser qu'avant cette épaisse couche de glace, se profilaient les flammes et la destruction ? Les flocons tourbillonèrent tel un balet endiablé, mais seul le timbre de voix de son interlocuteur perçait à travers les masses neigeuses et les courrants glacés. Et mal gré son jeune âge, l'adolescent semblait à présent comprendre pourquoi Utah l'avait ammené au Nord. Comme ce dernier le lui avait rappelé, il ne peut y avoir qu'un homme pour découvrir son identité. L'opalin devait simplement se poser les bonnes questions, quitte à avoir recours à sa Mère, son histoire n'était pas encore écrite. Elle n'avait pris aucun début, et ce, depuis son arrivée à Tami, alors qu'il n'avait qu'un an. Un nouveau soupire tonitruant se fit entendre, de la part du futur Chef de Clan. Il répliqua ensuite, tout en mouvant légèrement ses doigts, qui se trouvaient presque consummés par le froid ardent.

« Votre histoire est assez triste. Je ne pensais pas que sur Terre, il existait de tels endroits. La communion entre êtres vivants, n'est rien d'autre qu'une utopie. Dans le grand hall de nos quartiers à Tami, mes ancêtres ne peignaient que des scènes de guerre, en rapport avec Fumei. Je ne suis pas adepte de la violence gratuite non plus, mais ce que vous venez de dire est contradictoire avec ce qu'on m'a enseigné chez moi. Sauf votre respect, vénérable Shinobi, je ne peux y croire, même si vous avez raison... » Répliqua le jeune homme, tout en se craquant nerveusement les phalanges, en écoutant le son de ses dents qui s'entrechoquaient sous l'effet du froid ambiant. « D'un côté, peut-être que l'Être Humain est égoïste. Mes pairs n'eurent l'envie que de déformer la vérité pour se faire passer pour des conquérants... Je n'en sais rien. Et pourtant, les victoires ne font pas de nous des conquérants. J'aimerais découvrir qui je suis par moi-même, mais quand je questionne Mère, elle fond en larmes. Pourquoi ? Je n'en sais rien.. Peut-être que- »

Au travers du blizzard, Empereur par excellence du Nord, une voix lointaine semblait articuler un patronyme, ou plutôt, un prénom porté par la bise glaciale du vent. Apostrophé par cette dernière, le blandinet fit volte-face vers cette dernière, et y reconnu une silhouette familière. Se distinguant par delà les flocons, il s'agissait de la génitrice en personne du jeune Kaiga qui vint se présenter, visiblement inquiète et essouflée. Etrangement, à l'instar du mystérieux détenteur du Dojutsu qui avait adressé la parole à son fils, celle-ci ne ressentait pas les effets du froid de Fumei. Appeurée, la jeune mère s'approcha de sa progéniture, tout en secouant les mains.

« Kinai Kaiga ne devait pas s'éloigner, et qu'a-t-il fait ? Il s'est éloigné. C'est un miracle que tu ne sois pas congelé ! Tu es borné... Borné, très borné... Et que... »

Vociférant ces paroles à gorge déployée, la brune s'arrêta un instant en découvrant une forme humaine, positionné aux côtés de l'adolescent. Son regard aussi verdoyant que le fruit de ses entrailles se posèrent immédiatement sur les yeux de cette personne. Un Dojutsu. Particulièrement rare. Utah ne pu cacher une certaine angoisse, et une surprise plutôt grande, car aucun combat ne fut engagé. Et cet air légèrement offusqué la rendit encore plus belle qu'elle ne l'était lorsqu'elle devint mère pour la première fois. Sa silhouette élancée s'accordait à la perfection avec son visage légèrement ovale, teinté d'une peau légèrement typée et d'une magnifique chevelure ébène. Ses iris céladons eux contrastait avec les ténèbres de sa matière capillaire. Rien, sauf la couleur des yeux ne liait le fils et la mère. Alors, pourquoi arborait-t-il une chevelure argentée ?

« Qui êtes-vous... ? » Articula la figure féminine, tout en resserant son étreinte autour des épaules de Kinai.
« Il ne m'a fait aucun mal, et nous discutions simplement... J'étais moi-même étonné de découvrir quelqu'un d'autre ici. » Répondit affectueusement l'albinos.

Qu'importait les dires de son tendre fils, Utah semblait très inquiète, car cet homme-ci, ne semblait pas être n'importe qui... Pourquoi tant de méfiance ? Un détenteur du Rinnegan ne se rencontrait pas à toutes les dynasties.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L. Sasurai
L. Sasurai
The Handsome Founder - Dokukage - Héritier de l'Ermite


Messages : 243
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 24

Dossier ninja
Niveau: 11
Renommée: Mondiale
Renommée effective ?: Oui


Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] Vide
MessageSujet: Re: Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant]   Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] EmptyDim 12 Aoû - 14:46





Skyrim Theme by Jeremy Soule on Grooveshark



Sainte traîtresse, maudite maîtresse, guide mes pas et mes paroles vers la sagesse. Toi qui ne m'a fait connaitre que l'égarement, apporte moi la raison, pour qu'à nouveau je puisse percevoir cette obscure lueur, celle d'une espérance persistant dans le cœur humain.

face à la réponse du jeune homme, un sourire se dessina sur mes lèvres. Relativement discret, il était dû à mon étonnement face à sa pureté si naturelle: ce n'était pas seulement en ses yeux et en son physique que celle-ci se reflétait, mais en son être et en sa conscience. Au plus profond de lui, nulle haine ne demeurait. En son cœur les sentiments néfastes n'avaient pas leur place. Il possédait le même raisonnement que j'avais eu dans ma jeunesse, il possédait la flamme de l'innocence, celle qui le mènerait à des vérités parfois cruelles et difficiles, mais aussi à la sagesse, sainte lueur d'une espérance omniprésente, celle d'un monde meilleur, celle de l'ambition, celle qui le conduirait au plus puissant des guides: lui-même.

"On peut choisir de vivre dans le mensonge, ou accepter que cette Terre ait aussi sa face d'ombre. Certes, il y a la lumière, il y a l'espoir et la paix, et les rares ignorants qui osent affirmer que l'harmonie ne reviendra jamais sont des êtres stupides et malsain. Ce territoire est maudit, ce territoire et le symbole même du déséquilibre et du déchirement entre les hommes. Il ne reste plus aucune trace de ce qui fut accompli, et pourtant, je peux encore ressentir ici la souffrance et la destruction, à travers ces banquises se dessinent les sombres combats qui ont obscurcis le coeur de ses anciens habitants, et semer le désordre dans ce monde. Fumei fut le premier territoire touché par le châtiment divin. Cependant, si je peux ressentir ici les blessures encore profonde de cette terre encore gorgée du sang des innocents, je peux aussi y ressentir une ancienne paix et l'espérance d'un avenir meilleur. Vois-tu, tant qu'il y aura des hommes, il y aura la guerre. Mais il y aura aussi la paix. Tout ceci forme un équilibre et ce depuis la nuit des temps... L'ombre et la lumière, la beauté et la laideur, la folie et la sanité d'esprit. Le bien et le mal n'existe pas, il n'existe que quelques fous capables de se battre pour une cause qu'ils croient juste. Il te faudra apprendre à accepter la vérité et l'histoire de ce monde. Ainsi, ton jugement ne sera plus faussé par l'ignorance et la naïveté, que tout shinobi pur et saint d'esprit a pu ressentir. " dis-je, sur un ton toujours serein, afin de rassurer mon interlocuteur.

Finissant mon long discours, peut-être sage, peut-être incompréhensible pour quiconque ne mesurait pas l'ampleur de la déraison qui m'habitait et ne comprenait pas ma manière de voir le monde, je constatais que la résistance du jeune homme à la recherche de ses origines face au froid de ce pays était impressionnante. De simples éternuements, alors que le blizzard balayait cette zone sinistrée et gouvernée par le gèle et le climat extrême qui aurait envoyé bon nombre de voyageurs dans l'autre monde. Quelques cris pouvaient parvenir jusqu'à nous, traversant la brume épaisse, la neige et la glace qui nous entouraient. J'entendais un nom: "Kinai Kaiga". Était-ce donc un héritier de ce clan ? Était-ce donc l'un des sages membre de cette famille, dont le père fondateur avait reçu son enseignement du Rikudou-Sennin ? Si tel était le cas, je disposais sûrement de nombreuses réponses quant aux origines du jeune voyageur. Une silhouette émergeait désormais, marchant à travers la brume, et ne craignant visiblement pas le froid: ceci n'était pas étonnant, en vue du pouvoir que ce clan disposait. Je comprenais mieux, à présent, la raison pour laquelle ils pouvaient voyager en ces contrées agressives et dangereuses, sans se soucier de l'impact du froid et du blizzard sur leur corps. Et désormais, deux personnes semblaient à la fois fascinées et apeurées par mes yeux. La puissance perdue du Rinnegan, le pouvoir banni dont parlaient les légendes, la force occultée de ce dojutsu et la curiosité qu'il provoquait.

"Je ne suis qu'un voyageur, et ces yeux là ne devraient pas vous apeurer. Je ne peux vous reprocher votre curiosité, car ayant le même défaut, si s'en est vraiment un, je n'ai pu m'empêcher de question le jeune... Kinai, sur sa présence en ces terres désolées. Il m'a dit y chercher des réponses... Mais désormais, ces terres sont souillées par le sang, et le lourd passé de Fumei No Kuni en fait un lieu maudit." dis-je, tout en tentant, une nouvelle fois, d'attraper la neige venue des cieux, par des mouvements gracieux de la main.

Ma sérénité naturelle devait désormais, mettre un peu plus les deux voyageurs en confiance. S'ils se méfiaient de mes yeux, et de l'inconnu qui se dressait face à eux, se retrouvant par le plus grand des hasard en leur présence malgré la grandeur colossale de ce pays nordique, ils ne pouvaient se méfier de celui qui leur apportait quelques réponses et qui n'inspirait en aucun cas à la crainte. Ne bougeant pas d'un centimètre, je continuais d'observer, à tour de rôle, la femme et le jeune homme qui demeurait de marbre, comme gelés, crispé face au froid de cette nation: mais il n'en était rien. Les doutes de Kinai Kaiga quant à mes intentions s'étaient quelques peu dissipés, visiblement, et il tentait de rassurer la femme apparue à travers le blizzard de Fumei. Après tout, nous n'étions que trois voyageurs, chacun à la recherche d'un élément précis. Aucune hostilités ne s'étaient installées, et la crainte n'était due qu'à l'inconnu.












HRP: Désolé si le a qualité est assez mauvaise et les fautes trop nombreuses, j'ai fait ça en un petit quart d'heure, pas vraiment le temps de me relire et de faire mieux What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kinai Kaiga
Kinai Kaiga
Élu de Tami - Chef du clan Kaiga


Messages : 27
Date d'inscription : 18/07/2012
Age : 25
Localisation : Tami.

Dossier ninja
Niveau: 9
Renommée: Continentale
Renommée effective ?: Oui


Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] Vide
MessageSujet: Re: Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant]   Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] EmptyLun 13 Aoû - 17:51
Dovahkiin & Morrowind

Skyrim

Les cristaux glacés tournoyaient encore dans le ciel épais de Fumei. Les trois voyageurs se regardèrent tous du coin de l'oeil, et Utah ne cessait de quitter le regard du mystérieux interlocuteur venu adresser la parole à sa progéniture. Son Rinnegan l'intriguait au plus haut point, et ce détail venait de lui donner un indice considérable sur la valeur de sa puissance. La jeune femme s'adoucit que très peu, pour pouvoir créer un certain contact avec cet inconnu, qui semblait avoir accélérer le processus de vérité. Son esprit s'embrouillait au fur et à mesure que le blizzard se levait, et ce moment tant redouté par cette dernière était finalement arrivé. Les bras de la Kaiga resserèrent leur étreinte autour des épaules du blandin, qui étrangement, venait de ressentir un certain malaise venant de sa génitrice. Inquiet, il fit part de cette impression au puissant Shinobi à qui il venait de faire une importante confession quelques minutes avant, par le biais d'une simple oeillade. Lentement, la brune se détacha de son fils, pour se placer devant lui, tout en plaquant son front contre le sien.

« Vois-tu Kinai, il y a des choses que l'on ne dit pas. Et comme l'a très clairement fait rappeler ce jeune homme... » Lança-t-elle, en gratifiant le ninja d'une risette avant de poursuivre son récit. « ... Ces terres sont quelque peu maudites... Et ce.. Pour ma part... Depuis la mort de ton père, et de tes frères et soeurs... »

Ce fut un choc. Le froid semblait avoir consummé Kinai, qui se figea tel un ice-berg à l'entente et à la confirmation de ce qu'il pensait déjà. Mais, comment réagiriez-vous, si vous veniez d'apprendre que votre famille fut décimée ? L'opalin prit sur soit pour ne pas exploser en sanglot et prononcer des paroles qu'il pourrait un jour regretter, mais également, car il était contre sa nature d'exposer très clairement ses sentiments. Alors, son père ne l'avait ni abandonné, ni renié, non, on le lui avait arraché. Son frère et sa soeur, ce dernier en avait vaguement entendu parlé, mais jamais il n'aurait cru que leur sort fut aussi tragique. Peut-être Utah avait-elle eu des raisons de tout lui cacher sur sa vie, mais à cause de cet élément qui l'avait gangrené, le blandinet n'avait pas pu grandir. Face à ce silence de plomb provenant de l'adolescent, la belle vint apporter de nouvelles informations concernant son passé perdu.

« Je.. Tu es né à Fumei, un trente et un Décembre, il y a de cela dix huit ans... Mais avant toi... Je... »

Ses iris céladon se déplacèrent jusque vers le troisième voyageur, qui en tant que spectateur allait sûrement acquiescer certains de ses dires, car un détenteur d'un Dojutsu aussi puissant soit-il ne pouvait pas être n'importe qui. Après tout, lui aussi venait de Fumei.

« J'ai été marié à ton âge... A un homme venant de Fumei, qui m'avait sauvé lors d'une attaque à Tami.. Je... Ton père était un homme hors du commun, Flocon, il était un Dieu vivant. Tenai Fang, c'était son nom. A cause des guerres qui avaient existé auparavant entre les Kaiga et les Nordistes, ton grand-père était très réticent à l'idée de me voir marier à un barbare du Septentrion.. Finalement, il a accepté car sans ça, le secret de nos techniques auraient été dévoilé aux assassins chargés de me réduire au silence. Ton père était le chef du clan Fang, un clan spécialisé dans l'élevage d'ours et le Taijutsu poussé à un niveau presque inhumain. Nous avons donc vécu sur ces banquises, et chaque jour, il s'entrainait encore plus pour perfectionner ce qu'il appelait son "Jisatsu no Kuma no Jutsu", une technique ultime qui avait déjà tué son plus jeune frère avant lui, car sa technique n'était pas aussi maîtrisée qu'elle se devait de l'être... Tenai était parfait en tout point... Tu sais, il avait un physique assez intriguant quand on y repense... Il arborait une chevelure verdoyante, ainsi que des yeux aigue-marine qui te transperçait quand tu croisais son regard... Mais ce que j'aimais encore plus chez lui, c'était ses imperfections. Une vilaine ballafre barrait son visage, et son torse était très souvent parsemé de profondes cicatrices... Alors, je vois d'où tu tiens tes cheveux blancs ! Aussi je.. Je t'ai parlé de tes frères et soeurs... Ils s'appelaient Matyss et Zorah. Ils étaient jumeaux tous les deux, et ils possédaient la même couleur de cheveux que moi, ainsi que de magnifiques yeux verdoyants. Matyss était très sûr de lui, passablement arrogant quand il le voulait, mais ta soeur était aussi pure et calme que toi. Ils étaient parfaits, ils étaient mes anges, mes cadeaux les plus précieux... Dans le Nord, la valeur du sang était quelque chose de très important, et en dépit de son si jeune âge, ton père entrainait déjà Matyss dans l'optique de lui laisser le Clan sous quinzaine... Il n'avait que six ans. Tu es né un an avant, durant une énorme tempête. C'est un miracle que tu aies survécu à tant de blizzard et tant de violence venue du ciel. Mais ta venue au monde était un jour magnifique. Ton père en était très fier d'ailleurs, il a lui-même décidé de t'appeler "Kinai", qui signifie "Ours" en langage nordique. Zorah était folle de joie à l'idée d'avoir un nouveau frère, et elle aimait te brosser les cheveux. Matyss te prenait de haut, alors qu'il était complètement ridicule.. Tu n'étais qu'un enfant. Mais je me souviens que tu aimais lui tirer les cheveux, c'est un détail que je n'oublierais jamais. Et... Le Clan était en très mauvais terme avec une tribu rivale, des affrontements eurent lieux les six ans que j'avais passé en ta compagnie et celle du reste de la famille. Et un soir, ces clans décidèrent de passer à l'action... Je n'ai aucune envie de te décrire ce qui s'est passé cette nuit-là, et je pense que tu le comprendras... Mais sache, que tu es son dernier héritier. Et quand je suis revenue à Tami, avec toi dans les bras, ton grand-père a décidé de t'élever, dans le secret pour éviter que tu ne désertes Tami pour retrouver les traces de ton père. Il a promis, qu'il ferait de toi le futur Chef de notre Clan. Alors pardonne-moi, de t'avoir cacher qui tu es... Pardonne-moi... Mais souviens-toi juste, que je t'aime, et que je ne cesserais jamais de t'aimer, mon Flocon... »

Tant de révélations... Beaucoup trop même. Kinai semblait complètement perdu, et ce sentiment se traduisait par le biais de ses iris, légèrement dilatées ainsi que le rebord de ses paupières, qui au contact de l'air vinrent s'humidifier. Que pouvez-vous répondre à des avoeux aussi profonds ? Le coeur du blandin fini par ressentir comme une hémoragie sentimentale, mais surtout une hémoragie dans sa propre estime de soit. Lui qui avait pensé que son père l'avait abandonné, il venait de se rendre compte que son histoire à lui fut bien plus tragique que la sienne. Ses yeux cherchèrent le Shinobi, comme appeuré. Lui qui connaissait si bien l'histoire de Fumei, pouvait-il confirmer les dires de sa mère ? Etait-ce vraiment la vérité ? Ou un euphémisme pour éviter de devoir répondre à d'autres questions ? L'opalin fini par se racler la gorge. Il semblait insensible, mais c'était faux. Le jeune homme cherchait simplement à faire son deuil.

« Ce qui est mort ne saurait mourir, mais se relève plus fort et plus grand que jamais. »
Déclara-t-il ensuite à son minuscule auditoire, tout en réprimant un torrent de larme glacé, accompagné par les caresses des flocons de neige, reposant alors ses cheveux immaculés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L. Sasurai
L. Sasurai
The Handsome Founder - Dokukage - Héritier de l'Ermite


Messages : 243
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 24

Dossier ninja
Niveau: 11
Renommée: Mondiale
Renommée effective ?: Oui


Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] Vide
MessageSujet: Re: Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant]   Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] EmptyLun 13 Aoû - 20:07





Skyrim Theme by Jeremy Soule on Grooveshark



Le jeune Kinai semblait inquiet face à l'attitude de celle qui semblait être sa mère. Je percevais le doute, l'incertitude et la crainte en leurs coeurs, mais pour une toute autre raison que ma présence. Peut-être que ces vérités qui lui avaient été cachées étaient un poids trop lourd à porter pour mes deux interlocuteurs: l'un cherchait à les dissimuler, l'autre à les trouver. Il s'agissait d'un jeu sans fin, qui, visiblement, arriver à son terme. Révélation, confessions étaient mères de souffrance et d'instabilité.

"Vois comme l'apparition d'un évènement inattendu peu marquer le cours des choses, et le cours de la vie. Vois comme l'équilibre ne tient qu'à peu de chose. Je crois qu'il est bientôt temps pour moi de m'effacer. Tu as eu ce que tu voulais: c'est un choc, mais c'est aussi ta vie, ce sont tes origines. Si, tout comme moi tu choisis de les oublier et de les chasser de ta conscience, alors tu les rechercheras tout au long de ton existence."

Marquant une courte pause, je pus observer les larmes couler sur les joues du jeune homme. Si jeune, si pur et innocent, mais pourtant forcé à se projeter dans un avenir incertain, dans un monde obscur, qui, s'il ne gardait pas sa part de sagesse, le guiderait assurément dans les profondes abimes de la folie et de la haine. Il ne pouvait savoir, aujourd'hui, ce qui se passerait dans les décennies à venir... Et s'il en avait eu conscience, il aurait choisis de nier l'évidence même: le futur du Yuukan serait, tout comme son passé et son présent animé d'une paix illusoire, gorgé de sang, promis au chaos et au déséquilibre. L'ordre mondial n'était à l'image de ce qui se reflétait de nos paysages, de notre mère nature et des contes et légendes. Il était cruel et malsain, il était source de misère et de souffrance, de désastre et de tristesse. Cependant, même dans les endroits les plus sombres, on peut trouver le bonheur... Il suffit de se souvenir, d'allumer la lumière. (A.D)

"Désormais, tu sais qui tu es. Cela devrait t'enlever un poids de taille. Mais il te reste à choisir entre devenir un héros qui restera dans les légendes et dans les écrits pour ses exploits, un homme qui choisis de mener à bien son destin parce qu'il en est capable, ou de faire tes choix par toi-même, et de commencer à te construire dès à présent. Tu sais peut-être qui tu es, mais tu ne sais pas qui tu seras. L'homme que tu deviendras ne sera que l'image de celui que tu as voulu devenir. A toi de t'assagir et de percer les mystères de ce monde, à toi de savoir distinguer mensonges et vérités, à toi de choisir la voie de l'honneur et de la gloire, ou le chemin que tu traceras par ta propre volonté. N'oublie jamais qu'il n'existe ni bien ni mal, qu'il n'existe qu'ombre et lumière, et que ces deux éléments forment un équilibre qui peut être bouleversé par la venue de n'importe quel homme. Lorsque la lumière grandit trop rapidement dans l'obscurité, cet équilibre est alors briser. Une paix arrivée trop vite ne se soldera que par une chute trop rapide: elle s'acquiert à force de persévérance. Si je te dis tout ça, c'est parce que je sais que tu voudras choisir la voie de la sagesse. Et il te faut savoir que le bien et le mal ne sont que deux extrêmes, utopie et dystopie en lesquels seuls les ignorants et les faibles d'esprits peuvent se rattacher. Le monde est fait de paradoxes, l'homme est forgé par la différence et la méditation, munis de sentiments. Tu es destiné à un grand avenir. Cependant, tu peux choisir de refuser ce destin, la décision t'appartiens."

Il n'était pas prêt pour devenir chef du clan Kaiga. Son esprit était trop faible, mais sa pensée, elle, et sa sagesse semblaient puissantes, bien qu'incomplète. Il lui fallait encore grandir, mais tout cela n'était que pure logique. Il était rare de rencontrer des êtres promis à un aussi grand destin que celui-ci, et si saint d'esprit. Plus tard, peut-être surpasserait-il les plus grands sages et les plus grands shinobi, ou peut-être choisirait-il une autre voie, celle de la démence. S'il était assez fort pour s'assagir et survivre tout en conservant cette sanité d'esprit, alors il s'en sortirait sans nul doute. Son histoire en restait tout de même triste, et cette révélation, brutale et attristante, le travaillerait tout au long de sa vie. Il pouvait choisir de l'oublier, mais seul le temps le guiderait vers la désillusion et l'acceptation. A mes yeux, sa génitrice avait eu raison de lui dire cela maintenant. Cependant, peut-être le regretterait-elle, s'il faisait, dans un futur proche ou lointain, des choix qu'elle considèrerait comme mauvais, s'il s'éloignait du chemin qu'elle lui avait espéré et souhaité.

"Une dernière chose importante... Ne deviens pas le pantin de ton village."










_________________
Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] 1345200522-rinnegan
Signa by Kinai Kaiga

Vi Veri Veniversum Vivus Vici.
Par le pouvoir de la vérité, j’ai de mon vivant, conquis l’univers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kinai Kaiga
Kinai Kaiga
Élu de Tami - Chef du clan Kaiga


Messages : 27
Date d'inscription : 18/07/2012
Age : 25
Localisation : Tami.

Dossier ninja
Niveau: 9
Renommée: Continentale
Renommée effective ?: Oui


Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] Vide
MessageSujet: Re: Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant]   Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] EmptyMer 15 Aoû - 14:43
Lacie Song

Pandora Hearts

Le climat de Fumei était vraiment des plus insoutenables. Autant Utah et le mystérieux voyageur en était immunisé, mais Kinai lui, en souffrait atrocement. Résistant tant bien que mal aux vilaines répliques du blizzard qui rasait la banquise tel un coup de sabre, ce dernier constata que les larmes qu'il venait de verser, lui avaient brûlés le visage en raison du froid ardent. Essuyant promptement le versants de ses yeux d'un revers de manche, Kinai reprit lentement sa respiration, le dos tourné à ses interlocuteurs. Les révélations de sa mère, ainsi que les explications et les sages paroles du grand Shinobi qu'il venait de rencontrer il y a peu de temps, l'avaient laissé complètement retourné. Ses sanglots en réalité, étaient surtout dûs à l'affirmation que son père ne l'avait pas abandonné, comme il a pu le croire étant enfant. Tenai Fang n'avait pas eu le choix, et ce détail intrigua fortement l'opalin. Certaines personnes ne peuvent contrôler leur destin comme ils l'avaient souhaité. Réprimant un raclement de gorge plus ou moins tonitruant, le dernier héritier caché du clan Fang déclara d'une voix posée, légèrement chevrotante.

« Je ne suis aucunement en colère, ni même blessé. Je comprends que maintenant, divers chemins s'ouvrent devant moi. Je ne peux ignorer toutes les épreuves qui m'attendront, et la seule chose dont je dois m'occuper, c'est quoi faire du temps qu'il me reste à vivre. Il n'y a ni Mal, ni Bien comme vous le dites, vénérable Shinobi, simplement des manières de penser. Je ne dirais pas que je suis le plus mature, ni le plus sage de tous, mais j'ai cette faculté à analyser les problèmes de ce monde. J'en suis venu à la conclusion, que le mal ruine le mal, et que le bien est parfois hypocrite. La seule chose que tout être humain se doit d'accomplir, c'est l'acceptation de son passé, et la réussite de son avenir, sans gêner qui que ce soit. C'est que je m'engage à faire, si je deviens Chef de Clan. Mais plus tard, j'espère aussi être un homme comme l'a été mon père. Je ne l'ai jamais connu, mais d'après ce qu'on vient de m'en dire, c'était un Dieu. »

La tirade de son fils venait de secouer la belle Utah, de la manière la plus forte qu'il soit. Ses larmes stagnèrent, au bord du précipice de ses paupières inférieures, mais la référence à son défunt mari venait de la toucher en plein coeur. Il n'avait pas dix huit ans, que Kinai agissait exactement comme Tenai l'aurait fait à son âge. Le jeune Tamijin fit volte-face, et scruta de son regard glacé ses deux semblables. Un certain appaisement pouvait se lire sur son visage encore juvénile. Les confessions étaient faites pour rester secrètes et surtout se débarasser d'un poids trop lourd à supporter... A supporter, seul. Comme le lui avait rappelé le détenteur du Rinnegan, c'était sa vie à présent, et cela faisait aussi partie de son passé. Les histoires les plus tristes, finissent en généralement bien. Peut-être pas forcément avec une famille heureuse, de nombreux enfants, une imposante maison ou même avec un patrimoine pécunier, mais simplement avec la sensation que notre vie a servi à quelque chose en ce bas monde. C'est en cette "utopie" là que Kinai voulait tirer sa force et à laquelle il allait se consacrer. La gente féminine ne l'intéressait pas plus que ça, sans pour autant la renier de son existence, la seule femme qui lui donnait la force de tenir, de sourire et de se sentir vivant n'était rien d'autre au final que sa propre mère. Bien que les Fang furent décimés, Utah était encore là. Avant d'achever son monologue, la dernière phrase du Rinnegan, "Ne deviens jamais le pantin de ton village", l'intrigua fortement. Que voulait-il dire par là ? Avait-il vécu quelque chose de similaire ? Sans sourciller, tout en arborant un léger sourire, le blandinet répondit alors.

« Je ne dis pas que je ne serais jamais influençable, car certaines rencontres et certaines décisions me feront douter, mais je promets de penser par moi-même et de croire en mes convictions. C'est ça pour, la signification du mot "Shinobi." »

Sur ces mots, la neige continuait de tournoyer dans le ciel, comme un automate programmé à errer pour l'éternité. L'espèce humaine était également réduite à cela, mais sur plusieurs générations, menacées par la guerre et la folie du monde. Dans ce cas, l'Homme est-il condamné à être un monstre ? Le Monstre, est-il condamné à être un homme ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L. Sasurai
L. Sasurai
The Handsome Founder - Dokukage - Héritier de l'Ermite


Messages : 243
Date d'inscription : 29/06/2012
Age : 24

Dossier ninja
Niveau: 11
Renommée: Mondiale
Renommée effective ?: Oui


Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] Vide
MessageSujet: Re: Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant]   Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] EmptyMar 21 Aoû - 10:25





Skyrim Theme by Jeremy Soule on Grooveshark



La signification du mot shinobi... Certains osaient encore changer le sens de ce mot, qui pour moi signifiait soldat, arme au service d'une société cruelle et sanguinaire. Peut-être finalement, que les idéaux du défunt Rikudou-Sennin n'étaient pas morts. Peut-être avaient-ils survécus à travers les âges, et avaient-ils été adoptés par de sages ninjas. Je ne pouvais qualifier le dégoût que j'éprouvais face au système instauré dans le Yuukan. La naissance des villages avait marqué la naissance de différentes cultures, de différents héritages, de différentes puissances, croyances, traditions et festivités. Cependant, elle avait aussi marqué le prélude de la bataille pour le pouvoir maudit, celui qui obscurci les cœurs les plus bons, et qui sali la mémoire de ceux qui se sont battus pour nous faire oublier cette avarice. Si les héritiers de l'ermite n'agissaient pas rapidement, alors toutes mémoires et toutes croyances envers mon ancien maître et père s'effaceront, et personne n'osera plus dire la vérité à propos de ce qui s'est passé. Mais, lorsque tout espoirs et toutes lumières auront disparu, que nous restera-t-il ? La vérité, et rien de plus. Il ne nous restera que la vérité, à laquelle nous pourront nous raccrocher et pour laquelle nous pourront nous battre une nouvelle fois. Si nous commencions à croire à ces mensonges propagés par des dirigeants fous ayant peur du passé et de l'histoire de leur peuple et de leur terre, alors nous n'étions plus que les pantins, que les marionnettes participant chacun à la décadence d'une société déjà instable et basée sur l'imposture, la fausseté, le simulacre et la tromperie.

"Tu as l'air d'avoir grandi d'un coup, comme si tu avais muri avec une extrême rapidité suite à ces révélations et cette discussion... Je ne te connais pas, et pourtant tout chez toi m'inciterait à te faire confiance. Mais je suis désolé, je ne pourrais pas répondre à vos interrogations au sujet de mes yeux."

Je savais pertinemment que mes deux interlocuteurs ne pouvaient s'empêcher de penser à mon dojutsu, pupilles divines devenues maudites, bannies, pupilles de la paix devenue maîtresses de la destruction. Si la sagesse et la sérénité se dégageaient de mon regard, mon esprit était un brasier inassouvi, n'attendant que plus de démence, n'attendant que plus de voyage, d'errance et d'égarement. Voyant que mon instabilité ne faisait qu'aller et venir, pour s'installer et demeurer de plus belle en mon esprit tourmenté, je ne pouvais tenir plus longtemps: si je parlais encore, je prenais le risque de donner ma véritable vision des choses et du monde, de compléter mes dires par un savoir, par une connaissance et par des idéaux que nuls ne pourraient comprendre. Peut-être les deux voyageurs m'auraient-ils pris pour un fou, mais le problème était tout autre:en ces lieux, j'étais véritablement perturbé. Le souvenir du voyage en compagnie de la personne aimée, le souvenir de la parte de l'être aimé, le souvenir de sa chaleur en ce gèle permanent, le souvenir de la mort qui avait envahie ma vie, qui m'avait rongée de l'intérieure, qui n'avait fait que me consumer et ce durant des décennies.

"Je crois qu'il est temps pour moi de m'effacer. Garde ces yeux là en mémoire, car dans un futur proche, tu les reverras."

Utilisant une technique de déplacement instantané, je disparu dans la brume et dans le blizzard, laissant les voyageurs à leurs occupations, à leurs révélations, pour reprendre un voyage débuté il y avait désormais un siècle: celui qui me mènerait à mes origines, celui qui me porterait vers des contrées encore plus lointaines que toutes celles que j'avais pu explorer jusqu'à maintenant.














_________________
Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] 1345200522-rinnegan
Signa by Kinai Kaiga

Vi Veri Veniversum Vivus Vici.
Par le pouvoir de la vérité, j’ai de mon vivant, conquis l’univers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] Vide
MessageSujet: Re: Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant]   Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant] Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

Le prodige et le bohème [Flashback/PV Kinai Kaiga/cinq années avant]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Owari no Hajimari :: Les contrées inexplorées :: Le Nouveau Monde :: 不明 - Fumei No Kuni --